Pfizer et BioNTech souhaitent que leur vaccin soit appliqué aux enfants de 5 à 11 ans

Si les agences sanitaires de l’UE approuvent la production de plus petites doses du produit biologique pour les enfants âgés de cinq à onze ans, les premiers enfants allemands seront vaccinés en octobre.

Pfizer et BioNTech cherchent un vaccin pour les enfants de 5 à 11 ans.

Les fabricants du vaccin covi-19 de Pfizer et BioNTech vont demander aux agences sanitaires de l’Union européenne l’autorisation de produire de plus petites doses du produit biologique pour les enfants âgés de 5 à 11 ans et, en cas d’approbation, ils commenceront à vacciner les premiers enfants allemands en octobre.

 « Nous allons présenter les résultats de notre étude sur les enfants âgés de 5 à 11 ans aux autorités du monde entier dans les semaines à venir et demander l’approbation du vaccin pour cette tranche d’âge ici en Europe », a déclaré l’un des fondateurs de la société allemande, Özlem Türeci, au journal allemand Der Spiegel.

Dans une interview, le directeur technique de BioNTech a déclaré qu’elle allait demander une autorisation en Europe. Elle a rappelé que l’Union européenne et les États-Unis ont approuvé l’utilisation de ce vaccin contre le coronavirus chez les enfants de plus de 12 ans en mai dernier, mais pas chez les enfants de moins de 12 ans, selon le New York Times.

Mme Türeci, qui a fondé BioNTech avec son mari Ugur Sahin, a déclaré que les entreprises se préparent à produire les petites doses pour les mineurs en attendant l’approbation des autorités sanitaires.

Sahin, qui est le PDG de BioNTech, a déclaré que les résultats de l’étude pour les mineurs sont sur la table et doivent seulement être préparés par les autorités réglementaires du monde entier.

Il a déclaré qu’ils s’attendaient à disposer de données provenant d’études portant sur des enfants âgés de six mois seulement d’ici la fin de 2021, de sorte que tous les groupes d’âge pourraient être couverts par le vaccin covid-19 d’ici 2022.

Türeci et Sahin ont conseillé aux personnes éligibles pour le vaccin contre le covid-19 de se faire vacciner avant une vague d’infections qui pourrait apparaître à l’automne. Ils ont également appelé à convaincre les indécis.

« En tant que société, en Allemagne, il nous reste environ 60 jours pour éviter un hiver rigoureux. Nous devons faire ce que nous pouvons pour mobiliser le plus grand nombre de personnes possible au cours de ces deux mois », a-t-il ajouté.

Pour Türeci, « chaque personne supplémentaire vaccinée est utile. Nous ne devons pas nous résigner » au coronavirus.

Pression

Bien que les autorités allemandes n’aient pas rendu le vaccin covid-19 obligatoire, elles font en pratique pression sur la population pour qu’elle soit vaccinée, puisque le règlement 2G exclut l’accès aux espaces clos et à certains services pour les non-vaccinés.

À partir d’octobre, les tests qui étaient auparavant gratuits seront payants et plusieurs États fédéraux ne dédommageront plus les personnes non vaccinées qui doivent s’absenter de leur travail en raison d’une quarantaine obligatoire, a rapporté l’ABC de Séville, en Espagne.

Par exemple, en Rhénanie-Platinat, toute personne qui n’a pas été vaccinée et qui reçoit un ordre de quarantaine officiel n’aura pas droit à un salaire complet, à partir du mois prochain.

Un porte-parole du ministère régional de la santé a justifié cette décision par le fait que « tous les citoyens appartenant aux groupes d’âge pour lesquels la vaccination était publiquement recommandée se sont vu proposer un vaccin contre le covid-19 ».

La loi sur la protection contre les infections protégeait les employés contre toute indemnisation s’ils étaient isolés en raison d’une infection, mais à partir du 15 septembre, cette mesure ne s’appliquera plus car il existe une recommandation de vaccination qui aurait permis d’éviter une quarantaine de covid-19.

« Nous supposons que tous les États fédéraux ont eu la possibilité de vacciner avant le 15 septembre. Toute personne qui laisse volontairement expirer l’offre de vaccination ne doit pas s’attendre à recevoir une compensation pour la perte de revenu causée par la quarantaine », a déclaré le chef du ministère des affaires sociales et de la santé régionale, Uwe Lahl.

Par conséquent, a ajouté le ministre de la santé de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Karl-Josef Laumann, « il est absolument clair que, si je prends la liberté de ne pas me faire vacciner, alors que selon toutes les constatations, la vaccination est le seul moyen de contrôler la pandémie, alors je dois également assumer ma responsabilité personnelle », a-t-il déclaré, annonçant qu’il examinerait les options juridiques pour prendre une décision.

Les Länder de Bavière, Basse-Saxe, Hesse et Mecklembourg-Poméranie occidentale se sont joints à cette décision.

En août, la Commission permanente allemande sur la vaccination (Stiko) a recommandé la vaccination contre le covid-19 pour les enfants âgés de 12 ans et plus et seulement pour les enfants de moins de cet âge ayant déjà été malades.

Elle l’a généralement approuvé pour les adolescents à partir de 16 ans, rapporte EFE.

En Allemagne, au jeudi 9 septembre, 35,9 % des enfants âgés de 12 à 17 ans avaient été vaccinés, 24,7 % étaient complètement vaccinés. Parmi les adultes plus âgés, 83,3 % des personnes de 60 ans et plus avaient reçu deux doses et 66,9 % des adultes entre 1 et 59 ans. Au total, 63,3 % de la population avait reçu au moins une vaccination et 61,9 % étaient complètement vaccinés.

Les données de l’Institut Robert Koch (RKI) mises à jour aux premières heures de la matinée de vendredi, 12 969 nouvelles infections ont été signalées en 24 heures et 55 décès dus au covid-19 et les cas actifs dans le pays ont atteint 156 500 personnes.

Le RKI a confirmé que 520 personnes ont été hospitalisées en un jour et que les personnes admises dans les unités de soins intensifs (USI) représentaient 6,2 %.