Quelles données personnelles les fabricants de mobiles Android collectent-ils et partagent-ils ?

Quelles-donnees-personnelles-les-fabricants-de-mobiles-Android-collectent-ils-et.jpeg

Bien que, à partir de sa base, le système d’exploitation soit le même, dans les téléphones Android, il existe la particularité que l’expérience utilisateur varie en fonction de la couche de personnalisation appliquée par chaque fabricant.

Il ne s’agit pas seulement de différentes interfaces, de fonctions spéciales et d’applications uniques. Dans certains cas, l’ingérence des fabricants atteint également la vie privée de leurs utilisateurs, collectant des données qui sont même partagées avec des tiers, comme l’accuse une étude récente.

Une étude a analysé l’échange de données des mobiles Android avec leurs fabricants respectifs

Une étude développée conjointement par des chercheurs du Trinity College Dublin et de l’Université d’Édimbourg, a passé en revue les données gérées et envoyées par les variantes Android développées par six fabricants : Samsung, Xiaomi, Huawei, Realme, LineageOS et /e/OS, une variante d’Android. qui dispense de toute présence Google, développé par le fondateur de la distribution Linux Mandrake.

Parmi les constats relevés dans l’étude, on note que tous les fabricants de mobiles soumis à l’analyse dressent une liste de toutes les applications installées sur un téléphone, à la seule exception de /e/OS. Cette pratique compromet la vie privée des utilisateurs, car elle peut révéler des intérêts personnels tels que leur orientation sexuelle, leur tendance politique ou leur pensée religieuse, entre autres indicateurs.

Encore une fois à l’exception de / e / OS, qui, selon les observations de cette étude, s’est avéré ne pas transmettre de données personnelles, l’étude a indiqué que Samsung, Xiaomi, Realme et Google suivaient les identifiants d’appareil durables, tels que le numéro de série du matériel. , ainsi que d’autres identifiants publicitaires que l’utilisateur peut réinitialiser. Cela implique que même si quelqu’un peut réinitialiser un identifiant publicitaire sur son mobile, il peut à nouveau être identifié comme faisant partie du même groupe d’intérêt, même à tort, si l’équipe change de propriétaire.

Un détail spécifique des mobiles Xiaomi indique que le fabricant collecte des détails sur tous les écrans d’application vus par un utilisateur, tels que leur temps d’utilisation et à quelles occasions il est utilisé. Si certaines données sont équilibrées, ces indicateurs permettent de savoir quand et pendant combien de temps les appels téléphoniques sont passés. Le mécanisme de suivi repose sur une technologie similaire à celle des cookies utilisés sur le Web et les données seraient vraisemblablement envoyées en dehors de l’Europe à Singapour.

En ce qui concerne Huawei, on note que le clavier intégré avec sa couche de personnalisation EMUI, Switkey —de Microsoft—, envoie les détails de l’utilisation de l’application à son fabricant (c’est-à-dire un tiers de Huawei), ce qui distingue son utilisation dans la messagerie, les barres de recherche ou le carnet de contacts.

Un autre aspect non mineur est que les systèmes qui intègrent des logiciels de Google, Microsoft, Linkedin et Facebook de manière préinstallée, collectent des données en silence, sans donner aux utilisateurs la possibilité de ne pas participer à ces mesures.

L’importance d’analyser la confidentialité de nos mobiles

Sur la nécessité de connaître ces informations, le professeur Doug Leith, président des systèmes informatiques à la School of Computer Science and Statistics du Trinity College Dublin et co-auteur de cette étude, a discuté de son opinion avec son université. « Je pense que nous avons complètement perdu la collecte massive et continue de données par nos téléphones, pour laquelle il n’y a pas d’opt-out. Nous nous sommes trop concentrés sur les cookies Web et les applications qui se comportent mal. J’espère que notre travail agit comme un signal d’alarme pour le public, les politiciens et les régulateurs. Une action significative est nécessaire de toute urgence pour donner aux gens un réel contrôle sur les données sortant de leurs téléphones », a-t-il déclaré.

En filant plus finement, l’autre auteur de l’étude, le Dr Paul Patras, professeur agrégé à la School of Informatics de l’Université d’Édimbourg, a déclaré: «Bien que nous ayons vu des lois de protection des informations personnelles adoptées dans plusieurs pays ces dernières années, y compris le membre de l’UE États-Unis, le Canada et la Corée du Sud, les pratiques de collecte de données sur les utilisateurs restent répandues.

Plus inquiétant encore, de telles pratiques se déroulent “sous le capot” sur les smartphones à l’insu des utilisateurs et sans moyen accessible de désactiver une telle fonctionnalité. Cependant, les variantes Android soucieuses de la confidentialité gagnent du terrain et nos conclusions devraient inciter les principaux fournisseurs du marché à emboîter le pas. “