YouTube poursuivi pour des vidéos de maltraitance animale

Lorsque vous avez une plate-forme vidéo où des millions de personnes téléchargent constamment du contenu, il est difficile de modérer le contenu. Il est vrai que l’intelligence artificielle et la reconnaissance d’images ont beaucoup aidé à résoudre le problème, empêchant le téléchargement de contenu susceptible d’enfreindre les politiques de YouTube, mais il existe de nombreux autres cas où il ne peut être retiré qu’après une plainte ou une sélection humaine.

Le fait est que YouTube a été à nouveau poursuivi en justice, et dans ce cas pour l’existence de vidéos de maltraitance animale.

Ils le commentent dans le New York Times, où ils donnent des exemples de serpents attaquant des chiens qui crient, et d’autres vidéos qui peuvent être dérangeantes.

Le problème est que dans la plupart des cas rien n’a été fait pour l’empêcher :

Certaines vidéos sont sur le site depuis des années et ont été visionnées des centaines de milliers de fois. Certains portaient également des publicités pour de la nourriture pour animaux de compagnie ou des maisons de location de vacances. Cela signifiait que la société mère de YouTube, Google, partageait les revenus publicitaires avec les personnes qui avaient publié les vidéos.

Maintenant, une action en justice a été déposée devant la Cour supérieure de Californie à Santa Clara. Elle a été réalisée par Lady Freethinker, une ONG de défense des animaux, qui accuse YouTube de rupture de contrat (elle n’a pas respecté son accord avec les utilisateurs en autorisant la mise en ligne de vidéos de maltraitance animale et en ne prenant aucune mesure lorsqu’elle est alertée de la teneur).

L’ONG dénonce depuis longtemps des vidéos pour la suppression de vidéos dans lesquelles des humains infligent des dommages physiques à des animaux ou les encouragent à poser des gestes dangereux.

500 heures de vidéos sont téléchargées sur YouTube par minute, mais une fois qu’une vidéo a été signalée, il est de la responsabilité de YouTube de l’analyser, et il n’y a pas de zones grises là-bas.

Youtube a élargi la politique sur les vidéos d’abus d’animaux cette année, et ils disent qu’ils ont supprimé des centaines de milliers de vidéos et annulé des milliers de chaînes, mais il reste encore un long chemin à parcourir, trouver l’équilibre entre ce qui peut être un documentaire sur la nature et une vidéo simplement cruelle.

Par exemple, parmi ceux qu’il n’a pas éliminés, il y avait un lapin vivant nourrissant un python, apparemment cela ne viole pas les directives. Là, la différence est de savoir si c’est un humain qui donne le lapin au serpent pour l’usage et le plaisir du public, ou s’il s’agit d’une prise courante dans les champs, dans la nature.

Ce n’est pas une question simple, ce qui est cruel pour certains peut être naturel pour d’autres, mais il est clair qu’il faut continuer à se battre pour avoir un environnement qui offense le moins de personnes possible.